13 avril 2008

Le jour des meurtres dans l'histoire d'Hamlet

de Koltès mise en scène de Thierry de Peretti au théâtre de la Bastille. Je ne vais pas redire à quel point il est fascinant de voir et revoir Hamlet.Passons...Peretti fait une mise en scène ultra directe. Tout y est droit, dans la  parole, dans l'adresse, dans la situation. Tout y est simple et sans digression. Quelques symboles apparaissent de ci delà, un miroir, un crâne, un gouffre, un tapis de prière, une voix, hommage à Laura Palmer avec le sac transparent.........la pièce avance sans précipitation mais sans détour. Les... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2008

Le Songe d'une nuit d'été par OSTERMEIER

  Lorsque le corps et ses sensations prennent le dessus sur la raison, lorsque la raison ne se fige plus dans le passé, n'anticipe plus le futur, lorsque l'ouïe est sollicité par de l'électro pop, du hard rock, le tout adoucit par des moments de Haendle, lorsque le regard est posé sur des corps entiers, si habités dans des couleurs harmonieuses et gaies, lorsque la poésie étincelle, que l'humour et la bonne humeur sont si délicats et naturels, lorsque l'érotisme décontracté passe à travers onze comédiens-danseurs pourvus... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2008

Paroles

Neuf dixième des directeurs de casting sont des anciens acteurs: ils voient tout. Ils cherchent le rôle du film ou de la pièce et non pas un bon comédien ou une bonne comé­dienne. Ce qui compte pour le casting, c'est que vous soyez le personnage. Donc, ne jouez pas à être le person­nage. La seule chose qui compte, c'est d'avoir confiance en votre destin et de ne pas tricher. C'est vous qui passez le casting, pas le personnage. La bonne nouvelle de la journée, c'est qu'il n'y a pas de personnage. Je n'ai... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2008

Adaptation de Richard III

De Peter Verhelst mis en scène par Ludovic Lagarde à la maison des Arts de Créteil. Peter Verhelst n'a pas ré-écrit Richard III de façon didactique. Tant pis pour ceux qui ne connaissent pas la pièce, l'auteur se concentre sur la pensée et l'âme de Richard. Pourquoi pas, mais une voix off intervient pour raconter certains paliers importants: "mort de Clarence à la tour". A quoi cela sert-il ? Trop explicatif...alors que dans les dialogues joués et la mise en scène rien ne nous fait conprendre cela. Ici, apparement, ce sont... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2007

Maître Fabre à Paris

I'm a mistake est un cadeau merveilleux de fin d'année, débordant d'énergie pétillante. C'est un mélange de musique contemporaine et de théâtre dansé où ni l'un ni l'autre ne prend le dessus. D'abord la musique de Wolfgang Rihm, magique, transporte dans un univers sophistiqué incarnant  tous les états,  tous les sens des danseuses intimement représentatives du personnage principale: la cigarette. Ces quatre danseuses voltigent autour de Hilde Van Mieghem (comédienne fétiche de Fabre) et évoluent telles des... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2007

Et balancez mes cendres sur Mickey

Je découvre Rodrigo Garcia, c’est la première pièce que je vais voir de cet auteur argentin. Je sais qu’il choque beaucoup de monde, que des femmes se font tondre la tête tous les soirs, j’y vais avec une curiosité positive. Moi qui souhaite être bousculée et aspirée par une pièce, c’est malheureusement l’effet inverse qui se produit. Pourtant j’adhère à son texte, pas dans la forme qui me fait un peu trop penser à Kane, mais dans le constat froid, le message, l’engagement de l’auteur contre cette révoltante domination du système... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2007

Viggo le Catalyseur

Dans « Les Promesse de l'Ombre », Viggo Mortensen offre une interprétation d’une telle contradiction que l’on se demande si ce n’est pas cela le summum du comédien. Il est à la fois celui dont on dirait qu’il « crève l’écran » et en même temps le personnage qui traverse le film comme un fantôme, discret presque transparent. Et pour cause il n’excite pas comme une individualité du film mais comme corps du film. Il se fond, non pas, dans le film mais avec le film. Dans une peinture si l’on retire une couleur, l’œuvre devient bancale,... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2007

Nightshade

Quelques réflexions me sont venues après Nightshade, même si mon sentiment fut la déception car dans un premier temps, la pub ayant été faite sur des phrases comme : « réconciliation avec le peep-show, érotisme qui ne vous laissera pas de marbre... », je m’attendais à quelque chose de plus pure et de plus clair. Je me demande pourquoi sont-ils tombés dans ce piège, alors que Nightshade ne ressemble pas à cela, mais qu’en plus ne donne pas l’impression de vouloir, ou de pouvoir, défendre cela. Mauvaise pub, donc. Il n’y a rien du... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2007

Le Roi Lear Avignon 2007

Magistral dans la cour du palais des Papes.....Les comédiens sont en scène dès l'entrée des spectateurs, la communion est immédiate. Ils sont accessibles, c'est eux qui acceuillent le public. Ils ne font pas d'entrée en scène, ils sont là, décontractés, et commencent la pièce de Shakespeare avec un naturel qui nous fait presque croire qu'ils discutent encore. Ce temps nous a permis de les sonder, d'imaginer qui joue qui, et là, surprise, celui à la côte de maille est Gloucester (Vincent Dissez). Celui un peu gringalet, qui se faisait... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2007

Tarantino, l'ami des FILLES.

Boulevard de la mort, histoire d'un killer qui prend son pieds en défugurant en amputant et en assassinant des jolies donzelles au cour d'accident de voiture...... ou est la frontière de la laideur et de la beauté....est-ce un clin d'oeil à Crash de Cronemberg ? En tout cas ce film est d'une simplicité nouvelle pour Tarantino toujours ironique mais plus frais, et encore plus léger. La surprise vient du déroulement inattendu du "destin" de notre presque pathétique tueur et de la prise en charge par nos filles, d'une vengeance... [Lire la suite]
Posté par Lolipopart à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]