08 juin 2008

Paris sous l'occupation

La photographie est-elle un bon témoin de l’histoire ? Zucca montre plusieurs quartiers parisiens, riches ou 20080402zuccabellevillepopulaires, où hommes et femmes vivent et circulent sous un soleil radieux techniquement nécessaire pour la photographie couleur de l’époque. Une légèreté se détache de cette couleur et de ces situations quotidiennes. Certes l’occupation allemande est évidente puisqu’au milieu des civils se mélangent des SS, des souris grises et des drapeaux nazis. Mais aucune menace, aucune scène de rafle, aucune oppression, aucun résistant n’apparaissent. Un seul homme juif et une seule femme juive portants l’étoile jaune sont présents pour les 250 clichés.
Aujourd’hui on se demande dans quelle réalité, dans quel monde Zucca a-t-il prit ces photographies ? Nous sommes choqués et la polémique sur ce choix de la bibliothèque historique de la ville de Paris arrive....
Mais est-il plus JUSTE de témoigner de l’horreur de cette époque en omettant l’acceptation d’une majorité de la population française et la compromission passive d’une partie de son Elite pour qui le bien être et la vente des films, des livres, des pièces de théâtre étaient plus important que les actes de résistance. A la fin de la guerre, Arletty n’a-t-elle pas déclaré à son procès,  à propos de son état physique, cette phrase à double sens : « je ne suis pas très résistante » !!!
Zucca qui travaillait pour le magasine de propagande allemande Signal créé en 1940, destiné donc à montrer notre capital sous les beaux jours, à figé la réalité que lui réclamait son employeur mais à laquelle adhérait un grand nombre de gouvernement à travers le monde (Franco, Mussolini, le roi Edward VIII d’Angleterre, Lindbergh et la moitié des Américains) et un grand nombre de français.
Clara.

Posté par Lolipopart à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Paris sous l'occupation

Nouveau commentaire