12 avril 2006

Sarah Kane

L'humain ne peut aller dans un autre sens que celui de la destruction. L'horreur qui découle de l'homme kanesa3précède l'acte de guerre. L'envie, la frustration, le viol, la torture, les armes, la religion, tous les actes cruels du quotidien, nous amènent à la guerre ou au suicide. Kane s'est très inspirée de Shakespeare et de Bond, mais sa particularité est dans sa poésie, bizarrement il y résulte une fragilité d'ordre féminin qui est très palpable. Sa touche d'humanité est bien évidement matérialisée dans l'amour que l'on retrouve, d'une manière ou d'une autre, dans toutes ses pièces. Malgré le sens de non retour, l'histoire culturelle du "prince charmant" est un recours.                                                                                                    Son écriture concise traduit l'urgence. Ses phrases sont courtes et créent un débit saccadé. Les personnages n'ont pas toujours de prénom. Ils peuvent être différenciés par des initiales.

Anéantis, Manque, L'amour de Phèdre (mon préféré), 4.48 Psychose, Purifiés (mon préféré) de Sarah Kane.

Vinaver (pour élargir) écrit sans didascalies, sans ponctuation, sans marquer le changement de personnage. A nous de savoir qui parle. Aucunes indications sur le lieu ou l'époque. Le metteur en scène et les comédiens se jettent dans le vide avec pour support des mots, des phrases. Le partage de l'auteur avec le reste du monde est totale.

Clara.

                                                                                                                                                                                                                                    

Posté par Lolipopart à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Sarah Kane

Nouveau commentaire